Mental du combattant

L’importance du mental

L’élément le plus important du combat est le mental du combattant. C’est lui qui prend les décisions, qui gère les émotions et qui fera de l’issue du combat une victoire.

« Des qualités de corps et d’esprit existent qui permettent à une personne de vaincre au combat. La force, la vitesse et la compétence technique comptent parmi ces qualités. Ces qualités sont souhaitables et nécessaires pour l’excellent combattant comme pour le combattant efficace. Seules, cependant, elles sont insuffisantes pour faire de quelqu’un un bon pratiquant d’arts martiaux. Ces qualités doivent se voir adjoindre et se laisser guider par des qualités de caractère telles que la compassion, le courage et le contrôle de soi. »

Charles Hackney

 

Photo: Kate Campbell

 

Selon Charles Hackney, les 5 vertus nécessaires au combattant:

  • le courage
    • Force de caractère, fermeté d’âme devant le danger, la souffrance physique ou morale.
  • la justice
    • Reconnaissance et respect des droits de chacun, de l’équité.
  • la tempérance
    • Modération dans les plaisirs des sens. Sobriété. Savoir se maîtriser et ne pas laisser les passions déborder la raison. La tempérance est nécessaire à  l’harmonie intérieure de l’être.
  • la sagesse
    • Désigne le savoir et la vertu d’un être. Elle caractérise celui qui est en accord avec lui-même et avec les autres, avec son corps et ses passions, qui a cultivé ses facultés mentales, tout en accordant ses actes à ses paroles.
  • la bienveillance
    • Disposition affective d’une volonté qui vise le bien et le bonheur d’autrui.

Certaines de ces vertus s’acquièrent avec le temps et l’expérience. En discutant de ces principes avec les jeunes athlètes, ils vont pouvoir grandir avec droiture.

 

Photo: Véronique Leblanc

 

 

Le mental indépendant du corps

« Même si le corps est en position tranquille l’esprit lui ne doit pas demeurer tranquille. Même si le corps agit rapidement, l’esprit, quant à lui, ne doit pas du tout agir rapidement. L’esprit ne suit pas le corps et le corps de suit pas l’esprit. »

Miyamoto Musashi

 

Cette phrase de Musashi expose la notion qu’il faut que l’esprit soit indépendant du corps. Parfois des athlètes fatigués vont abaisser leur concentration mentale, ou quand on leur demande de travailler en souplesse, ils vont diminuer leur vigilance. Il faut réussir à déconnecter les sensations corporelles de l’état mental.

 

 

L’entraînement du mental

Réflexion: à l’entraînement, quel est le pourcentage de temps que vous passez à entraîner votre mental?

Les entraînements sont malheureusement trop souvent uniquement axés sur le travail physique et technique du combat. Il faut intégrer aux entraînements des exercices qui vont aussi faire travailler le mental; la capacité de réaction,  la prise de décision, la concentration et le détachement de l’esprit.

Types d’exercice:

  • Exercices favorisant la concentration intense pendant une période de 2-3 minutes et où les trous du mental sont détectés et mis en évidence (cf. section sur les trous du mental)
  • Exercices demandant une réaction immédiate à une action imprévue
  • Travailler la capacité d’adaptation de l’athlète en le mettant dans des situations difficiles, imprévues.

 

Photo: Btissama Essadiqi

 

La détermination et le courage

La détermination et le courage sont des qualités du combattant qui vont lui permettre de constamment repousser ses limites. Une grande volonté doit être présente tout au long de la carrière de l’athlète. Il en aura besoin durant les entraînements exténuants, les compétitions et pour performer malgré les difficultés quotidiennes. Il aura également besoin de beaucoup de courage pour affronter les blessures et les échecs. Mais en fin de carrière, quand il aura passé à travers toutes ces épreuves, il pourra être fier de ce qu’il a appris et accompli.

 

Photo: Rébecca Khoury

 

« Décrire le courage non comme l’absence de peur, mais, comme la capacité à accomplir les tâches attendues malgré la peur, et la peur devient un adversaire à affronter et à vaincre plutôt qu’à nier. »

Charles Hackney

 

 

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *