Attaque

Détails techniques

Voici les détails techniques importants à maîtriser pour effectuer une attaque de bonne qualité. Vous référez également à la section concepts de base pour des informations complémentaires.

1. Qualité technique

Pour qu’un point soit accordé en combat, il faut qu’il y ait un minimum de qualité technique dans le geste. La bonne amplitude des mouvements et le travail biomécanique adéquat sont des éléments cruciaux. Il est important de reprendre une position d’équilibre après avoir terminé l’attaque. On doit démontrer aux arbitres que l’impact aurait pu créer un dommage.

2. Explosivité et vitesse

Une technique trop lente ne peut pas marquer. L’explosivité du départ est importante pour :

  • Surprendre l’adversaire
  • Créer une réaction chez les arbitres

3. Précision à la cible

4. Kime

 

Les étapes de la prise d’initiative

  • Préparation
  • Exécution
  • Sortie

1. La préparation: l’étape de préparation permet de se placer en un terrain favorable pour pouvoir marquer sans se faire contrer. Cette préparation de la technique implique des notions de distance, de temps et de rythme. Parfois des athlètes déclenchent des attaques au mauvais moment ou à une distance inadéquate. Ils deviennent alors très vulnérables pour subir une contre-attaque. Pour initier une attaque, il faut trouver le moment où l’adversaire est vulnérable, soit physiquement, mentalement ou les deux.

 

Une technique bien préparée est celle qui est effectuée à un moment où l’adversaire est vulnérable.

 

 Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant

 

La vulnérabilité de l’adversaire peut être ressentie ou provoquée. Elle ne peut être détectée que par l’analyse intense et constante de l’adversaire. Aussi, il ne faut pas oublier de se laisser guider par son intuition.

Dans le cas d’un adversaire expérimenté, il faut tenter de provoquer des moments de vulnérabilité par des changements de rythme et des feintes (cf. les feintes).

2. L’exécution: c’est le moment où la décision d’attaquer est prise et que l’on doit passer à l’action. À ce stade-ci, le plus important est de n’avoir aucune hésitation. L’explosivité doit être maximale et la qualité technique impeccable. Le désir de marquer doit être grand. Il ne faut pas seulement attaquer comme si on effectuait l’enchaînement dans le vide mais plutôt avoir comme objectif d’aller toucher la cible.

 Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant, Sébastien Larose

 

Le plus grand ennemi de l’attaquant est l’hésitation.

 

3. La sortieLa vitesse de la sortie de la technique est aussi importante que celle de l’entrée. Une technique qui est retirée avec rapidité est clairement plus visible aux yeux des arbitres. De plus, en sortant rapidement de la zone de danger, on augmente la sécurité.

Selon ce que l’attaquant veut faire après son enchaînement, les sorties après l’attaque peuvent varier. Les sorties peuvent se faire:

  • à une distance rapprochée
  • à une distance éloignée
  • En angle

L’important est d’être imprévisible et de profiter de chaque opportunité.

 

La défensive dans l’attaque 

Pendant l’attaque, il faut garder un esprit défensif et vice versa. Ces deux composantes du combat (offensive/défensive), sont intimement reliées. Il faut être capable de se défendre, même en plein milieu d’une attaque. Il s’agit de l’état mental multifonctionnel, dont il sera question dans les pages suivantes (cf. mode mental multi-fonction).

 

Vidéo: un athlète qui garde son réflexe défensif durant sa prise d’initiative.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

L’attaque adaptative

Il faut pouvoir adapter son attaque aux réactions de l’adversaire et s’ajuster en fonction des variations de distances, de cibles et de trajectoire.

Si l’adversaire fait un timing (anticipation), il faut être capable de :

  • Arrêter son attaque
  • Bloquer en entrant dans la technique
  • Changer de trajectoire en fonction des nouvelles cibles

 

Comment surprendre l’adversaire?

Les enchaînements

Les enchaînements servent à couvrir la distance qui nous sépare de l’adversaire pour pouvoir marquer un point et à faire bouger sa garde pour créer des ouvertures.

 

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant

 

Il faut diminuer les moments de vulnérabilités entre les techniques et déclencher l’enchaînement dans un moment de vulnérabilité de l’adversaire. Il faut commencer la technique quand on sent que c’est le bon moment.

  • Minimiser les ouvertures dans la garde durant l’enchaînement
  • Diminuer le temps entre les techniques
  • Être imprévisible
    • Par le moment du départ
    • Par la variété des techniques effectuées
    • Par la distance parcourue

Il ne faut jamais oublier l’objectif, qui est d’aller porter la technique de frappe à la cible.

 

Taux d’efficacité des attaques

Il est important de tenter d’augmenter le taux d’efficacité de nos attaques. Ceci peut se faire en étant plus rigoureux dans le choix du moment du départ. Attaquer sans arrêt et sans discernement ne peut que diminuer le taux d’efficacité et augmenter les moments de vulnérabilité.

 

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant

 

Exercice: Assoyez-vous devant une vidéo de vos combats des dernières compétitions, avec un papier et un crayon en main. Comptez le nombre de techniques que vous faites par combat. Combien de points sont marqués par rapport au nombre de techniques effectuées? Divisez le nombre de points marqués par le nombre de techniques effectuées et multipliez par 100. Voilà votre taux d’efficacité. Y a-t-il place à amélioration?

 

Si vous lancez beaucoup de technique sans marquer, il faut tenter de trouver le problème:

  • Manque de précision?
  • Faible qualité technique?
  • Utilisation des techniques au mauvais moment? Mauvaises prises de décision?
  • Manque d’intensité, de puissance et d’intention?

 

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *