Rôle de l’athlète

Le chemin vers le succès

Les performances d’un athlète vont dépendre de plusieurs facteurs. Ça prend un certain talent, mais le talent n’est pas tout. Il faut beaucoup de détermination et de courage pour travailler sans relâche, pendant de nombreuses années. Il faut également être entouré des personnes significatives qui vont avoir les outils pour aider l’athlète dans sa progression.

 

Ténacité : c’est la vitalité agressive qui est nécessaire au courage.

 

La réceptivité, clé de la progression

La progression de l’athlète dépend beaucoup de son attitude face à son entraînement. Les athlètes qui progressent le plus rapidement sont ceux qui ont une grande réceptivité aux conseils de leurs entraîneurs et partenaires d’entraînement.

L’athlète doit apprendre à mettre son orgueil de côté et à écouter les commentaires constructifs pour progresser. Il ne faut jamais prendre les commentaires négatifs comme une atteinte personnelle. Quand on garde en tête notre objectif principal qui est de devenir meilleur, les commentaires doivent être perçus comme des outils extrêmement précieux. 

 

Prends les commentaires constructifs sans aucune blessure à ton orgueil. Ils sont les outils précieux nécessaires à l’atteinte de tes objectifs.

 

Photo: Germain Bisson et Eric Landry

 

S’aider de l’entraîneur pendant le match

Pendant un match, l’athlète doit apprendre à s’aider de son entraîneur par:

  • Une écoute attentive
  • L’intégration rapide de l’information et l’application des ces informations selon la situation

Pendant le combat, l’athlète ne doit pas appliquer aveuglément les conseils de l’entraîneur. Plus l’athlète a de l’expérience et plus il peut prendre un certain recul par rapport aux informations reçues puisqu’il doit intégrer les informations et les appliquer au bon moment. S’il sent que l’information n’est pas appropriée à ce qu’il ressent du combat, il doit adapter sa stratégie. Parfois, il y a une grande marge entre ce que l’entraîneur voit de l’extérieur et ce l’athlète ressent. Plus l’entraîneur et l’athlète se connaissent, moins ce genre de conflit se produit.

 

Photo: Manuel Monzon et Emanuelle Garneau-Mignot

 

L’athlète est toujours responsable des décisions qu’il prend durant le combat.

 

L’entraîneur est une aide extérieure mais c’est l’athlète qui prend les décisions finales durant le match. J’entends parfois des athlètes qui critiquent les entraîneurs de les avoir inciter à prendre de mauvaises décisions. N’oubliez pas que vous devez suivre les conseils seulement si vous sentez que c’est la bonne chose à faire. Gardez votre autonomie décisionnelle!

 

L’attitude à adopter à l’entraînement

  • Rigueur et souci du détail
  • Intensité élevée soutenue
    • Concentration maximale lors des entraînements
    • Reproduire le plus possible ce qui se passe en compétition
  • Ne pas se juger trop sévèrement
    • Se donner le droit à l’erreur à l’entraînement
  • Être un bon partenaire
    • Savoir s’abandonner pour faire progresser l’autre
    • Respecter les exercices en cours
  • Bien recevoir les critiques de l’entraîneur
    • Ne pas se sentir attaqué ou diminué
    • Prendre les commentaires pour progresser
  • Apprendre à se connaître (cf. mieux se connaître)
  • Tenter de corriger le plus rapidement possible les erreurs
    • Tenter d’assimiler rapidement les commentaires donnés par les entraîneurs et partenaires
  • Avoir un niveau d’entraînement mental égal à l’entraînement physique
    • Entraîner sa concentration
    • Travailler sa prise de décision
  • Être créatif
  • Ne pas rester dans sa zone de confort
    • Repousser constamment ses limites
  • Apprendre de toutes les situations qui se présentent à nous
    • On peut apprendre des choses des gens qui sont moins avancés que nous.
    • Il faut apprendre autant de nos victoires que de nos défaites

 

 

 

Profiter du combat à l’entraînement

Selon Bruce Lee, voici des points très importants concernant l’attitude à adopter pour profiter au maximum des séances de combat libre (sparring).

  • Le sparring requiert de l’individualité plutôt que de l’imitation répétitive.
  • L’efficacité est tout ce qui marche!
  • Transformez votre sparring en jeu, mais jouez sérieusement
  • Ne prenez pas votre sparring trop au sérieux
  • Concentrez-vous sur le tout et non sur une partie
  • Quand vous n’avez aucune forme, vous avez toutes les formes. Quand vous n’avez aucun style, vous pouvez vous fondre dans n’importe quel style.
  • L’action, c’est notre connexion avec l’adversaire.

 

 Apprendre dans le plaisir

Il faut savoir s’amuser à l’entraînement et garder la passion présente à notre coeur. On progresse beaucoup mieux et on s’exprime avec plus d’aisance quand on travaille dans le plaisir.

 

Photo: Gracieuseté de Christine Bagatin Béchard – Nicolas Bisson et Jennifer Guillette

 

Morihei Ueshiba a dit une phrase qui est aussi vraie pour le karaté:

 

« L’aïkido doit être pratiqué d’une manière vibrante et joyeuse. »

Morihei Ueshiba

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *