Gestion du temps

Gestion du temps

Il faut apprendre à gérer le temps disponible au combat. Parfois des athlètes perdent un temps précieux dans le match parce qu’ils ne sont pas mentalement disponibles pour profiter des opportunités. On voit également des combattants qui dominent en début de match et qui se font remontrer au pointage à la toute fin du combat. Ces situations doivent être évitées par une meilleure gestion du temps.

Les stratégies appliquées et la gestion du risque doivent dépendre du temps restant au match. Au début de la confrontation, on peut se permettre de prendre plus de risques parce qu’il reste du temps pour réparer les erreurs éventuelles. Plus la fin du combat approche et plus le combattant doit être prudent, surtout s’il est en avance dans le pointage.

 

Premiers 15 – 30 secondes

Les premières secondes du match sont très importantes. C’est à ce moment où une connexion intense doit s’établir avec l’adversaire. Ce lien nécessite une grande sensibilité à l’autre et une immense concentration.

Sensation du rythme. Durant les premières secondes du match, il faut aller sentir le rythme de l’adversaire et travailler pour imposer le nôtre. Plus le temps va avancer dans le match et plus l’intensité va augmenter. Il faut être prêt à s’y adapter.

Tester notre plan de match. C’est le moment pour mettre en place le plan de match qui a été prédéterminé avec l’entraîneur. On place nos pions, comme un chef d’armée place ses guerriers sur le champ de bataille.

Évaluer l’adversaire. On doit évaluer sa vitesse, son explosivité, sa force et les techniques qu’il utilise. Il faut également évaluer son style de combat et les stratégies qu’il semble utiliser. Il faut ressentir sa volonté et son désir de vaincre. Réajustez-vous rapidement en fonction de votre analyse. Celle-ci doit se poursuivre tout au long du combat parce que l’adversaire peut changer certaines composantes de sa stratégie.  

Tester les réactions de l’adversaire. C’est au tout début du combat qu’il faut en profiter pour tester les réactions de l’adversaire. Comment l’adversaire réagit quand j’attaque? Quels sont les mouvements qui le surprennent?…


Première minute

Déjà à la première minute, il faut avoir ajusté le plan de match en fonction de l’évolution du combat et de notre analyse faite sur le terrain. Notre coffre à outils bien rempli nous a permis de prendre des décisions concernant l’approche à prioriser pour gagner le combat. Il a fallu faire une analyse rapide et précise de la situation et trouvé les solutions appropriées.

N’hésitez pas à écouter les conseils de l’entraîneur assis sur la chaise. Il est une aide précieuse avec son oeil extérieur. Il peut voir des éléments qui vous ont échappé.

Quand on prend l’avance dans le combat, il ne faut pas laisser l’adversaire s’adapter à la situation et trouver des solutions. Il faut garder l’avantage en rythme, en distance et en intensité.

 

Ne jamais relâcher la vigilance quand on prend l’avance dans le pointage du match.

 

La moitié du combat

À ce moment, le plan stratégique à appliquer doit être clair. Il faut mettre toute son énergie et sa concentration dans l’application la plus précise de ce plan.

Il est important de gérer votre énergie en fonction du temps restant dans le match.

Exemples: 

  • Si l’adversaire est très fort physiquement, il faut éviter les corps à corps prolongés.
  • Si la fatigue se fait sentir, il faut éviter les mouvements et tensions inutiles. Favorisez les déplacements et évitez les longs échanges de coups.

 

Derniers 30 secondes

À ce moment, l’attitude de chaque athlète dépend beaucoup du pointage.

Ce qu’il faut éviter: lorsque vous menez au pointage, il ne faut pas cesser de faire ce qui est efficace et qui fonctionne bien. C’est là que vous pouvez vous faire remonter au pointage. Il faut maintenir l’avantage qu’on a sur l’adversaire en tout temps.

Si l’adversaire trouve une réponse à nos points forts, il faut s’adapter et le surprendre avec un élément nouveau. Mais cet élément nouveau doit être bien maîtrisé, sinon on peut se faire contrer. C’est pourquoi c’est important d’avoir plus d’un tour dans son sac!

Quand on perd le match et qu’il ne reste pas beaucoup de temps il faut analyser 2 éléments au fur et à mesure que le temps avance: 

  • Quelle est la différence de pointage?
  • Quel est le temps restant?

Il faut tenter d’optimiser les chances de marquer pour amoindrir l’écart au pointage.

Si la différence est de 1 point et qu’il reste très peu de temps, je pense qu’il faut favoriser les techniques de poings qui ont généralement un plus haut taux d’efficacité. Par contre, il faut rester ouvert aux opportunités et marquer selon les ouvertures.

 

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant, Pat Grant

 

Si la différence est de 2 points, il faut évaluer le temps qu’il reste. Est-ce que le temps est suffisant pour faire deux fois un point ou il faut y aller pour une technique à deux points? Pensez à toujours favoriser vos techniques qui ont le plus haut taux d’efficacité. Il faut optimiser la relation: temps pour marquer vs efficacité de la technique.

Exemple: Je vois parfois des athlètes qui sont en retard au pointage et qui font des techniques difficiles et peu efficaces. Ils ont perdu le contrôle de leurs émotions et ne sont plus centrés sur la tâche. Quand ça va mal, revenez à ce que vous maîtrisez le mieux!

 

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant

 

Quand il reste très peu de temps et que la différence est de 3 points, on n’a pas le choix de tenter un coup de pied au visage ou un balayage avec frappe au sol.

Si la différence est de plus de 3 points, on tente de prendre chaque seconde pour diminuer l’écart. Des fois on sait que le temps disponible ne nous permettra pas de gagner le combat. Malgré tout, il ne faut jamais abandonner jusqu’au signal sonore final. Chaque seconde est une expérience qui peut être enrichissante. Profitez-en au maximum!

 

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant

 

Derniers 10 secondes

Quand on est en arrière au pointage et qu’il reste peu de temps, il faut tout d’abord rester calme. Si on perd le contrôle de nos émotions, le match est perdu d’avance…

Il faut éviter de courir après l’adversaire sur le même rythme parce qu’on est alors trop prévisible. Il faut prendre les quelques secondes qui restent pour faire une préparation adéquate de la technique. On augmente ainsi nos chances de marquer. L’important n’est pas de lancer plusieurs techniques, mais de bien préparer celles que l’on va faire pour qu’elles soient efficaces.

 

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *