Analyse du combat

Le plan de match

Le plan de match du combattant consiste en des lignes directrices qui vont guider sa stratégie et ses prises de décision durant le combat. 

Première partie: Tout plan de match commence avec la connaissance de nos forces et de nos faiblesses. La première partie du plan de match ne tient pas compte de l’adversaire, elle tient compte uniquement de nos aptitudes en combat.

Exemple: Si je suis incapable de faire un coup de pied sauté tourné avec une grande précision et efficacité, cette technique ne doit pas être incluse dans mon plan de match!

Deuxième partie: La deuxième partie de l’élaboration du plan de match consiste à intégrer les connaissances que nous avons de l’adversaire. Qui est-il? De quels pays ou province vient-il? Quelles sont ses caractéristiques physiques et mentales? Est-ce que l’adversaire est une personne connue ou inconnue de nous?

Adversaire connu :

Si on connaît l’adversaire, on peut établir un plan de match au préalable selon ses forces et ses faiblesses. Il faut tenir compte de ses techniques favorites et du genre de combattant qu’il est. Comme l’adversaire vous connaît aussi, il va établir une stratégie en tenant compte de vos caractéristiques. C’est là que le jeu commence. Contrôlez vos faiblesses en limitant vos erreurs et profitez de celles de l’adversaire.

Adversaire inconnu :

Lorsqu’on ne connaît pas l’adversaire, on peut tenter d’analyser certaines composantes en l’observant avant le combat, dans son attitude générale et dans ses combats précédents. Les entraîneurs sont un atout majeur dans l’évaluation des adversaires pré-combat. Parfois il est mieux de se concentrer sur sa propre préparation et de ne pas se distraire en surveillant les autres combattants.

 

Évaluation pré-combat d’un adversaire inconnu

On peut évaluer les composantes physiques et mentales de l’adversaire. L’analyse de ces composantes doit débuter avant le combat.

 Photo: Pascal Soucy

 

Observez l’apparence physique de l’adversaire: Regardez sa grandeur, son poids et ses proportions physiques. Certaines stratégies pourront déjà être mises en place selon ses caractéristiques (cf. caractéristiques physiques).

Observez les caractéristiques mentales de l’adversaire: On peut lire des informations utiles dans son regard, observer sa tenue de corps et ressentir ce que l’adversaire dégage. Il faut évaluer:

  • son focus mental et son degré de confiance
  • son langage non verbal
  • sa façon d’entrer dans le shiai: est-ce un pas rapide et assuré, rapide et nerveux, lent et calme, lent et incertain?
  • sa façon de saluer les arbitres: prend-il le temps de saluer les arbitres correctement (calme et confiant), il ne salue pas (ne respecte pas le protocole), il salue hâtivement (nerveux).
  • Quel est son désir de vaincre?
  • A-t-il l’air d’un combattant intelligent?
  • Quelle semble être sa personnalité (extraverti, introverti, intellectuel, émotif) ? A-t-il l’air sournois, honnête, valeureux, timide? 

 

Un combattant va toujours être fidèle à lui-même et il va se battre en accord avec sa personnalité.

 

En combat, on voit le vrai visage de l’adversaire. 

 

À l’entrée du shiai, une tentative d’intimidation peut se produire par le regard. Il ne faut pas se laisser influencer par cette tentative de l’adversaire. Souvent ceux qui utilisent cette stratégie de façon exagérée, n’ont pas une confiance réelle en leurs moyens, et cette intimidation est une façon de se protéger ou pour tenter de prendre le dessus.

 

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant

 

De plus, il ne faut jamais se laisser influencer par les résultats antérieurs du combattant. Même s’il est un grand champion, rien ne doit vous empêcher de croire que vous pouvez le vaincre. 

 

Il ne faut pas se laisser déstabiliser par la réputation de l’adversaire.

 

Analyse pendant le combat

Il est très important de pouvoir adapter son plan de match en cours de combat, si l’approche initiale ne porte pas fruit. Il faut avoir une capacité d’analyse rapide et s’aider des conseils de l’entraîneur pour prendre les bonnes décisions. Il faut avoir de l’expérience pour savoir comment adapter son jeu en cours de combat, selon le type de situation.

 

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant

 

L’évaluation de l’adversaire pendant le combat devrait inclure:

  • son style de combat (défensif, offensif,…)
  • sa force mentale, son désir de vaincre, son intelligence.
  • sa vitesse et sa puissance.
  • ses déplacements.
  • les techniques qu’il utilise.
  • sa réaction face à nos techniques
  • Détecter ses points faibles.

Il ne faut pas hésiter à changer sa stratégie en cours de combat si on voit que celle initialement adoptée n’est pas efficace.

Aidez-vous de votre entraîneur!

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant, Germain Bisson

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *