Types de combattant

Les types de combattants

Il existe autant de styles de combat que de combattants.

 

Chaque combattant est unique parce que le combat n’est pas seulement défini par les techniques, mais aussi par les pensées, les émotions, et les qualités spécifiques de chacun.

 

Les jeunes ont souvent tendance à copier le style de leur instructeur et partenaires. Puis, avec le temps et la maturité, chaque combattant développe son propre style. On peut tenter de regrouper certaines caractéristiques du combattant et tenter de les analyser. C’est ce que j’ai tenté de faire dans cette section. Les catégories ne sont pas mutuellement exclusives, au contraire. L’athlète est un mélange des différentes caractéristiques et la composition finale fait de chaque combattant, un être unique.

 

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant

 

Dans les paragraphes qui vont suivre je fais volontairement quelques généralisations mais elles sont loin d’être absolues. L’être humain est plus complexe que quelques règles simplifiées.

 

Le combattant intellectuel

Un combattant intellectuel utilise de façon prioritaire ses pensées et son analyse pour combattre son adversaire. La majorité des actions sont rationalisées et les décisions sont prises en conséquence.

Les combattants intellectuels ont tendance à prendre moins de risques. Ce sont des personnes qui ont tendance à réfléchir au pour et contre et à tenir compte du risque lors de la mise en place de leur stratégie. Puisqu’ils sont plus prudents, ils ont tendance à faire moins d’erreurs. Par contre, cette intellectualisation a tendance à freiner l’expression de leur potentiel et ils ont tendance à être plus hésitants dans l’action. Les combattants intellectuels vont avoir tendance à être plus défensifs. 

 

Le combattant émotif

Le combattant émotif va se fier sur ses émotions et ses sensations pour prendre ses décisions lors du combat. Ce sont des combattants qui vont généralement prendre plus de risques que les combattants intellectuels, être plus offensifs et marquer plus de points. Par contre, en étant plus offensifs, ils sont plus à risque de faire des erreurs. En général, leur défensive va être moins développée.

 

Chaque combattant doit tenter d’équilibrer ses composantes intellectuelles et émotionnelles. L’intellectuel doit tenter d’améliorer son travail en émotion et l’émotif doit parfaire le côté rationnel de son combat. L’équilibre entre ses deux composantes va permettre au combattant d’exprimer son plein potentiel.

 

Photo: Sébastien Larose

 

Le combattant courageux

Le combattant courageux a la possibilité d’exprimer son potentiel parce que la crainte ne l’empêche pas de foncer et d’affronter les difficultés. Il n’est pas sans peur, mais il réussit à la contrôler et à la dominer. Ce courage doit être développé dès le jeune âge et plus l’athlète est exposé à des situations difficiles lors de son apprentissage, avec un soutien adéquat de son entourage, plus il apprend à contrôler ses peurs, sentant qu’il a les qualités intérieures pour les affronter.

 

Le combattant craintif

Le combattant craintif a tendance à avoir une énergie vers l’arrière et à être « sur les talons ». Il a de la difficulté à exprimer son potentiel parce que la peur crée chez lui beaucoup d’hésitation. Si l’adversaire est fort physiquement et qu’il met beaucoup de pression, il va rapidement être dominé. Le combattant craintif doit rationaliser ses peurs et tenter de trouver un moyen de les surmonter. 

La crainte associée au combat vient souvent du fait que l’athlète ne sent pas qu’il a tous les outils nécessaires pour affronter l’adversaire. Quand l’entraînement est adéquat et que le combattant améliore sa connaissance du combat, il peut mieux contrôler sa peur par une plus grande sensation de contrôle. 

 

Il ne faut pas complètement enrayer la peur parce qu’elle est votre protection. Il faut la dominer pour vous permettre d’exprimer votre plein potentiel et l’utiliser comme énergie pour vous surpasser.

 

Photo: Gracieuseté de M. Dick Grant

 

Le combattant habile physiquement

Le talent physique est quelque chose d’inné et certains ont la chance d’avoir des qualités physiques supérieures. Tout le monde peut améliorer ses capacités physiques jusqu’à un certain point, mais il faut avoir l’humilité d’accepter notre physique et trouver moyen d’en tirer avantage dans les différentes situations du combat.

Le combattant habile physiquement a la chance d’avoir un arsenal technique plus grand et il pourra alors plus facilement surprendre son adversaire.

 

 

Le combattant moins habile physiquement

Le combattant qui est moins talentueux physiquement doit tenter de compenser par le perfectionnement d’autres qualités du combattant comme la compréhension du combat et le travail en sensation.

 

Le combattant calme et en contrôle

Les combattants qui sont calmes et en contrôle sont très efficaces. Ce sont des combattants qui sont en pleine possession de leurs moyens. Pour les combattre, il faut tenter de trouver leur point faible pour réussir à les déstabiliser.

 

 

Tiré du livre, La lutte en situation de Daniel Ray, voici la description du combattant opportuniste et provocateur.

Le combattant opportuniste

– Observe ce que fait l’adversaire avant d’attaquer.
– Attend le moment favorable pour l’attaque.
– Il n’est pas centré sur lui mais sur l’adversaire.
– Il s’interroge et attend la position idéale de l’adversaire pour attaquer ou attend le moment pour contrer.

Le combattant provocateur

Il tend des pièges:
– En attaque, il fait réagir l’adversaire volontairement.
– En défense, il le provoque, il le tente.

Le combat ressemble à une succession de pièges tendus pour brouiller les pistes de l’attaque finale. Le combattant planifie ses actions. Il anticipe les actions de l’adversaire en le provoquant.

 

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *